• vers les îles des épices

    La navigation se déroule par mer calme, à tel point que Magellan dénomme « Pacifique » ce nouvel océan. Mais l'immensité du Pacifique semble ne laisser aucun espoir aux navigateurs : « Nous demeurâmes trois mois et vingt jours sans prendre vivres ni autres rafraîchissements et nous ne mangions que du vieux biscuit tourné en poudre, tout plein de vers et puant de l'odeur d'urine que les rats avaient fait dessus après avoir mangé le bon. » Le 6 mars 1521, enfin, une île est atteinte dans l'archipel des Mariannes : ses habitants montent à bord, commettent mille petits larcins. Un raid à terre leur apportera la terreur : sept naturels de cette « île des Larrons » seront massacrés.

       Après dix jours de navigation, on parvient à l'une des Philippines (16 mars). Cette fois, les rapports sont bons avec les indigènes, et Magellan entreprend leur conversion : le roi et la reine de Cebu acceptent de se faire baptiser (14 avril), ainsi que de nombreux sujets (cependant, un village récalcitrant sera brûlé…). Il ne restera plus, tâche aisée, qu'à faire jurer aux néophytes « fidélité » au grand souverain d'Espagne. Mais, de ce fait, Magellan doit assurer des responsabilités dans des querelles locales : un vassal rebelle règne sur la petite île voisine de Mactan. Magellan y débarque avec 59 hommes. Les insulaires contre-attaquent vivement les intrus, qui sont submergés. Le 27 avril, Magellan est atteint à la jambe. Alors, « un Indien lui jeta une lance de canne envenimée au visage qui le tua tout raide ».


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :